Setta | Zori japonaise

Filtres

5 résultats affichés

5 résultats affichés

La matière des zoris japonais

Les matières premières jouent un rôle crucial dans la qualité, le confort et l’esthétique des zoris japonais, chaque composant ayant une signification et une utilité bien définies.

Traditionnellement, la semelle des zori japonaise est fabriquée à partir de paille de riz tressée. Ce matériau, utilisé depuis des siècles, offre à la fois durabilité et souplesse, essentielle pour la marche prolongée. 

zori japonaise

La paille de riz est soigneusement sélectionnée et tissée pour créer une base qui épouse la forme du pied, assurant confort et aération. Dans les versions plus contemporaines, on trouve également des semelles en bois, en cuir, et plus récemment en matériaux synthétiques comme le caoutchouc, qui offrent une meilleure résistance à l’usure et une imperméabilité accrue.

Les lanières, appelées “hanao,” sont une partie essentielle des zori, assurant leur maintien sur le pied. Elles sont fabriquées en soie ou en coton, souvent rembourrées pour plus de confort. 

La soie est appréciée pour sa douceur et son éclat, souvent choisie pour les zori japonais de cérémonie. Le coton, plus robuste, est préféré pour les zori destinés à un usage quotidien. Dans les modèles modernes, on utilise également des matériaux comme le nylon et le cuir synthétique, permettant une plus grande variété de designs et de couleurs.

L’utilisation des Setta japonais

Les setta se distinguent par leur polyvalence et leur élégance, jouant un rôle essentiel dans divers aspects de la vie japonaise. 

Que ce soit des zori japonaise homme ou femme, ils sont conçues pour offrir confort et durabilité, et sont idéales pour un usage quotidien grâce à leurs semelles en cuir et en caoutchouc, offrant flexibilité et adhérence. Adaptées aux saisons, les setta en paille de riz sont parfaites pour l’été, tandis que les modèles en bois (tout comme une paire de geta japonaise) ou en cuir épais isolent du froid en hiver.

Lors des événements et cérémonies, telles que les mariages et les cérémonies du thé, les setta deviennent des accessoires élégants avec des lanières en soie brodée ou en cuir laqué, complétant les tenues traditionnelles comme les kimonos. 

Aujourd’hui, les setta évoluent en intégrant des matériaux modernes comme l’EVA pour un confort accru et des lanières en fibres synthétiques pour une diversité de designs. 

setta japonais

L’histoire des zori japonaise

Les zori, sandales japonaises traditionnelles, occupent une place particulière dans l’histoire et la culture japonaise. Leur évolution, tant en matière de design que d’usage, reflète les changements sociaux et économiques du Japon à travers les âges.

Les origines des zori japonaise

Les premières traces des zori japonaises remontent à la période Jomon (environ 10 000 à 300 avant J.-C.), où les Japonais confectionnaient des sandales rudimentaires en fibres végétales

Cependant, c’est durant la période Heian (794-1185) que les zori commencèrent à ressembler aux versions que nous connaissons aujourd’hui. 

À cette époque, les zoris étaient principalement portées par les aristocrates et la cour impériale. Fabriquées en paille de riz ou en bambou, elles étaient souvent associées aux kimonos.

L’ère Edo et la popularisation des zori japonais

Durant l’ère Edo (1603-1868), les zori japonais devinrent populaires parmi toutes les classes sociales, y compris les samouraïs, les marchands, et les paysans. 

L’augmentation de la production de paille de riz facilita leur fabrication en masse. Les zori de cette période étaient variées, avec des différences de design et de matériaux en fonction des occasions et des saisons. 

Les zoris dans la culture contemporaine

Avec l’avènement de l’ère Meiji (1868-1912) et l’ouverture du Japon à l’Occident, les modes vestimentaires évoluèrent rapidement. 

Toutefois, les zoris continuèrent de symboliser la tradition et furent portées lors des cérémonies et des festivals. 

Aujourd’hui, les zori restent un élément clé des vêtements traditionnels japonais, souvent portées avec des kimonos lors de mariages, de fêtes et de célébrations culturelles.